Accueil

  

Liens, listes, Q&R

  

Les études

  

Les relevés

  

Les archives

  

Le département

  

Divers

  

Photos

  

Blog

  

Bienvenue

  

Présentation

  

Les Réunions

  

Le bulletin

  

CGEP La famille Danquechin de Noisy-le-Sec

Par Gilles Souchet (CGEP 30).

 

Voici les renseignements sur les Danquechin collectés à la Bibliothèque Nationale par pa cousine et retranscrit par mes soin en format informatique, j'ai rajouté mes numéros de Sosa pour être plus clair.
 

Nous sommes en attente de tout renseignement permettant de relier Robert Danquechin aux seigneurs de Châteauvillain et de Broyes que ma cousine n'a pas trouvé. Le blason est dessiné dans l'histoire de Noisy-le-Sec.

* * *
* *

* * *
* *

(deux titres sur parchemin dattés des 10 aoust 1459 et 29 may 1464 qui prouvent que les nommés Danquechin étaient nobles, issus de noble et ancienne lignée et alliés aux grands seigneurs de Picardie, suivant l'arrest de la Cour des Aides du 31 décembre 1615)

* * *
* *

* * *
* *

* * *
* *

* * *
* *

* * *
* *

* * *
* *

* * *
* *


2ème mars 1750
envoyé le dit pour
M. l'Anglais à Versailles
Danquechin
Mémoire sur la production des Titres
du Sieur Danquechin, huissier au village de
Noisy-le-Sec, qui demande des lettres de relief
de dérogeance à cause de sa charge
 
  Cette Production consiste au 3 principales Pièces qui sont le fondement de la noblesse de la famille Danquechin, ce sont :
  1. Un arrest de la cour des Aides de Paris du 31 décembre 1615 par lequel Paul Danquechin, Escuier Sieur de Nanteuil, Avocat en Parlement, est reconnu noble d'extraction, sur le vu des Preuves et Titres par lui produits, allencontre des habitans de Noisy le Sec qui l'avaient compris dans leur Rolles des Tailles.
     
  2. Un autre Arrest de la même cour, rendu le 2 juillet 1632 en faveur de Pierre et Paul Danquechin, Escuier Sieurs D'orval et de l'Oranger fils du susdit Sieur de Nanteuil, aussi allencontre des mêmes habitans qui les avaient imposés à la taille.
     
  3. Un jugement des Commissaires Généraux des Conseil du Roi de septembre 1705 par lequel Jean et Christophe Danquechin, Escuiers Sieurs d'Orval sont maintenus dans leur noblesse en qualité d'Escuiers. Les Titres enoncés dans les Arrest et Jugement dont 2 sont dattés des années 1459 et 1464 prouvent une filiation certaine depuis l'an 1503 jusqu'en 1705 et font connaître que la famille s'est divisée en plusieurs branches, dont les aînés étoient les Seigneurs de Verdilly, Procureurs Généraux de la Cour des Aides, Alliés deux fois avec Mon de Machault et finis dans le siècle dernier. Il ne reste que la branche des Sieurs d'Orval, séparée en deux rameaux. C'est du second que descend le demandeur en lettre de Relief de la dérogeance que son père et lui ont commise par l'exercice de la charge d'huissier à Noisy le Sec. L'ayeul du même demandeur étoit frère de Jean et oncle de Christophe Danquechin Sieur d'Orval qui ont été maintenus nobles par les Commissaires Généraux du Conseil en 1705. Ce qui n'est prouvé que par les seuls actes tirés des Registres de la paroisse de Noisy le Sec qu'il rapporte, mais il y a lieu de croire que la pauvreté l'a empesché, ainsi que ses pères, de contracter devant des Notaires quoiqu'il en soit, il paroit nécessaire que le Produisant rapporte la célébration du mariage de Pierre Danquechin son ayeul avec Marguerite Brière de la grâce qu'il demande.

  Relevé par René Connat sur l'épitaphier du Vieux Paris, Tome VI, cimetière des Saint-Innocents, page 116
  Tombe plate sous le petit charnier de la rue saint-Denis, après celle de Pierre de Lange.
Ci-git Messire Jean d'Anquechien, chevalier, seigneur de Verdilly en Brie, en partie de Breville et de Valsbout , qui fut de son vivant conseiller du roy et son procureur général en la Cour des Aydes et conseiller de sa Majesté en ses conseils d'Estat et Privé, qui décéda le vendredi 9 septembre 1603.
Dame Nicole Contesse son espouse, ayant esleu la mesme sépulture en ce lieu, lui a fait mestre cette tombe.- Priez pour leurs âmes et pour tous les fidèles trespassés- Amen.

Armes du mari; D'argent à trois têtes de corbeau de sable
Armes de sa femme ; D'azur à trois croissants d'argent.

Porte le n° 2780 avec en appendice : procureur général en 1586 et 87.... fut victime des désaccords entre Scipion Sardini et les officiers des cours souveraines. Convoqué par le Roi, il perdit sans doute sa place car il fut rétabli par Lettres d'Henri IV du 17/9/1591. Antoine d'Anquechien, son fils (?) fut après lui Procureur Général en 1605 et 1611. Décéda en 1626.

© CGEP - 2002-2017

Pour nous écrire   

Site réalisé et maintenu par   

Page mise à jour le 01-01-1970